FR
DE NL US UK EU
Joornal

Bébé inconsolable… A-t-il des coliques ?

20 octobre 2021

Bébé inconsolable… A-t-il des coliques ?

Vous avez remarqué que bébé pleure souvent en fin de journée… Ses petits poings se serrent, il devient rouge et a pas mal de gaz… Seraient-ce des coliques ?

Les coliques, cela concerne tous les nourrissons ?

Décrites comme des crises de pleurs, les coliques sont assez fréquentes chez les nourrissons, et peuvent survenir 3 semaines après la naissance. Même si on les détecte plutôt entre la 6e et la 8e semaine. Selon certaines études d’ailleurs, les coliques toucheraient plus particulièrement les bébés nourris aux préparations commerciales à base de protéines de lait de vache. Mais rassurez-vous, elles ne vont pas durer éternellement ! Les coliques disparaissent peu à peu vers le 4e mois.

Comment les reconnaître ?

Elles viennent perturber le bébé souvent quand la journée se termine : fin d'après-midi, début de soirée. On évoque souvent la période "17 heures-23 heures".

Plusieurs symptômes peuvent vous alerter. Pour cela il suffit de voir si bébé :

  • Serre les poings,
  • Devient rouge,
  • Replie les jambes sur son ventre qui peut se durcir,
  • A souvent des gaz,
  • Arque ses jambes.

Mais pourquoi bébé a-t-il des coliques ?

Il est vrai que c'est un assez grand mystère ! Malheureusement en effet, elles ne sont que rarement et clairement identifiées. Mais certaines hypothèses peuvent quand même éclairer leur origine :

  • L’immaturité intestinale de bébé (d’où le fait que pour certaines scientifiques l’utilisation de probiotiques chez bébé pourrait l’aider à apaiser les coliques),
  • Une allergie alimentaire liée aux protéines de lait de vache. Cette hypothèse est d’ailleurs souvent mise en lumière. Même si pour repérer ladite allergie, il faut quand même détecter d’autres symptômes comme des vomissements, des diarrhées ou des rougeurs cutanées.

Et le plus important dans tout cela… comment soulager bébé surtout ?

Avant toute chose, sachez que prendre soin d’un nourrisson qui a des coliques, peut être éprouvant. On a tendance souvent à culpabiliser de le voir se tordre car on manque de solutions pour le soulager. Surtout rappelez-vous que la colique n’a pas d’effet néfaste sur le bébé, ni sur son bon développement. C’est un phénomène temporaire, certes désagréable, mais on le répète : temporaire.

Vous pouvez le porter, le câliner. Porter bébé dans vos bras quand il pleure ne fera pas de votre enfant quelqu’un de capricieux ensuite. Rassurez-vous. Cocooner le, prenez soin de lui. Mettez le au chaud contre votre corps en peau à peau. Votre douceur et votre calme lui seront indispensables pour s’apaiser et construire son socle affectif. Portage en écharpe, peau à peau, bercement…. Voici des gestes qui sauront lui faire du bien. De même que le massage abdominal (pratiqué dans le sens des aiguilles d’une montre) pourra lui aussi le soulager de ces maux car il favorise la sécrétion d’endorphines pour provoquer un état de détente.

D’autres gestes pour calmer un bébé qui a des coliques ?

Bien sûr ! Quand bébé se sent mal, vous pouvez :

  • Baissez la lumière environnante pour créer une bulle intime,
  • Evitez de le suralimenter (trop de biberons ou de tétées… Un biberon de plus sur l’instant va le calmer, mais cela sera vraiment sur l’instant),
  • Limitez l’absorption d’air quand vous donnez le biberon,
  • Tentez de bien faire le rot de bébé.

Pour les bébés qui sont allaités, ne donnez qu’un seul sein par tétée ou le même sein pour 2 tétées de suite. De cette manière, cela va aider votre bébé à atteindre le lait gras de la fin de tétée car il peut prévenir les coliques.

Si j’allaite un bébé qui a des coliques, faut-il faire quelques changements alimentaires ?

Il est en effet suggéré parfois aux mères allaitantes de changer un peu leur alimentation et éviter certains produits afin de réduire les coliques.

Mais attention : on ne fait rien sans l’avis d’un expert santé. Avant de toucher à son mode d'alimentation on en discute avec le pédiatre. De même pour les parents qui croient devoir changer de préparation, il faut toujours en discuter avec le pédiatre de son enfant.

Et il arrivera parfois, malgré toute l’énergie que vous mettez à le soulager, qu'il soit inconsolable. Le plus important c'est d'être avec lui, d'être présente pour le rassurer, le câliner. L'entourer d'une bulle de bien-être et de détente pour le mettre en situation de sécurité et qu'il le comprenne. Et surtout faites des relais quand vous êtes deux. On le répète mais un bébé qui pleure, c'est éprouvant et vous pouvez à votre tour, être fatigué, perdre patience. Il est capital que vous trouviez en votre co-parent un soutien et un co-équipier pour prendre de bébé dans de bonnes conditions.