FR
DE NL US UK EU
Joornal

Mon enfant a un ami imaginaire, est-ce que je dois rentrer dans son jeu ?

05 février 2021

Mon enfant a un ami imaginaire

Nous avons un nouvel invité à table tous les soirs : l’ami imaginaire de mon fils nous a raconté Laurence, maman de Romain, 4 ans. Est-ce normal ? Cela signifie-t-il qu’il n’a pas de copains à l’école ? Laurence s’inquiète : a-t-elle raison ?

“Romain a 4 ans et nous parle souvent de son ami imaginaire. Il est arrivé soudainement dans nos vies. Un soir à table, il a demandé à son père de se pousser car Kory devait manger par terre à cause de lui. On s’est regardé avec mon mari, on n’a pas compris. Et le lendemain il m’a demandé si on pouvait avoir une brosse à dents en plus car Kory allait avoir des caries sinon”.

Est-ce normal d’avoir un ami imaginaire quand on est enfant ?

Il est invisible mais votre enfant requiert toute votre attention à son égard : son ami imaginaire. Méfiant, vous vous demandez pourquoi il s’imagine des amis qui n’existent pas. Ce “copain” n’est pas là par hasard. Ne paniquez pas à propos de ce nouvel arrivant dans la vie de votre enfant. Vous avez un enfant créatif et imaginatif. Cet ami c’est une étape dans son développement et de sa subjectivité. Votre enfant apprend à se connaître grâce à ce 2ème moi. Sa vie intérieure s'enrichit.

Pourquoi s’est-il créé ce copain fictif ?

“Romain est rentré en pleurant de l'école la dernière fois. Inconsolable, ça m’a frustrée de ne pas réussir à le faire parler. Comme si ce qu’il avait fait était honteux. Je l’ai vu parler tout seul dans sa chambre. Il a fait perdre son équipe à un jeu dans la cour et ses copains se sont moqués de lui. Il l’a raconté à son ami. Je lui ai fait croire que son ami s’était confié à moi car il avait beaucoup de peine pour Romain. C’est comme ça qu’on a pu se parler”.

Comme les adultes, un enfant a besoin de se ménager quand une chose le perturbe. Il a besoin comme nous, de rendre supportables certains passages de vie. Comme l'explique Dalila Pilot Hammoud, psychologue clinicienne, "L’ami imaginaire va venir alimenter la créativité et l’imaginaire de l’enfant. Cet ami (invisible ou peluche) aura un rôle d’objet transitionnel un peu comme un doudou. Il aide l’enfant à aller vers le monde, à se séparer de ses parents. L’ami imaginaire incarne également les peurs de l’enfant et l’aide à verbaliser à travers le jeu".

Avec son ami imaginaire, il se sent rassuré et peut affronter plus aisément les obstacles et les ratés :

  • Déménagement,
  • Arrivée d'un bébé (la maman enceinte en parle mais l'enfant ne le voit pas),
  • Accident,
  • Mauvaise note à l’école,
  • Dispute avec des copains.

Et puis l’ami imaginaire c’est le copain de toutes les bêtises : “c’est pas moi c’est lui”. C’est sur lui qu’il va pouvoir se décharger.

L’ami imaginaire : humain, animal, quelle forme prend-t-il ?

Animal, être humain, ami du même âge ou plus vieux, parfois même l’ami imaginaire peut être tout simplement matérialisé par le doudou ou même la tétine.

Faut-il l'interdire ?

Ne l’empêchez pas de parler avec cet ami. Au contraire, il peut vous aider à mieux comprendre votre enfant. Grâce à ce personnage vous allez mieux cerner des traits de personnalité, des envies, déceler des craintes ou des préoccupations. “Mais c’est pour ça qu’il râle, mais c’est pour ça qu’il boude”. Tout devient plus clair. Vous auriez aimé qu’il vous le dise à vous mais il peut être honteux et même si il vous aime plus que tout, cette honte il préfère la partager avec son ami imaginaire.

Quelle réaction avoir face à son enfant ?

Il ne faut pas avoir peur de cet ami et braquer votre enfant en lui disant que vous ne le voyez pas, qu’il n’existe pas. Ce bonhomme fictif ne va pas altérer la réalité et le couper du monde. C’est un objet de transition, comme le doudou. De lui même votre enfant vous fera comprendre que cet ami n’existe plus. Mais attention à ce que l’ami imaginaire ne devienne pas envahissant et ne justifie pas ses caprices ou ses colères. "Il faut lui faire comprendre que c’est sa création",indique Dalila Pilot Hammoud. "Si l’enfant fait une bêtise et dit que c’est son ami imaginaire, vous pouvez lui dire avec humour "C’est quand même toi qui l’a inventé". Mais il ne faut pas avoir peur de cet ami, il faut se rappeler que c’est simplement une étape du développement. Vers 3 ans l’enfant grandit, il doit laisser son statut de bébé alors l’ami imaginaire vient l’accompagner dans cette transition psychique".

Quand faut-il arrêter de jouer le jeu ?

Quand votre enfant commence à accuser à tort et à travers son ami imaginaire des bêtises qu’il fait. Faites lui comprendre que son ami a été trop loin et qu’il n’aurait jamais dû faire cela. Le but est de l’inciter à réparer sa bêtise. Dites-lui que c’est à lui de réparer ce qu’il a fait, et qu’il n’y échappera pas.

De même si l’ami imaginaire devient envahissant, que votre enfant ne parle qu’en son nom, qu’il ne prend jamais de position, qu’il ne parle qu’à lui quand il est avec d'autres enfants ou si l’ami devient même effrayant, avant d’aller chez le pédopsychiatre qui peut parfois impressionner l’enfant, vous pouvez d’abord faire appel à un psychologue.

Merci à

Dalila Pilot Hammoud

Psychologue Clinicienne spécialisée en périnatalité

www.dalila-pilot-hammoud.com

www.instagram.com/psy_dalila_hp