FR
DE NL US UK EU
Joornal

Saviez-vous qu'on peut continuer d'avoir des contractions après l'accouchement ?

10 septembre 2021

Post accouchement et les tranchées

Vous pensiez qu’une fois l’accouchement terminé, les contractions et leur douleur seraient derrière vous ? Et voilà que vous constatez que non, cela continue. Vous sentez votre utérus se contracter douloureusement sans vraiment comprendre. Quoi ? Encore ? Mais on ne vous avait pas prévenu ! Vous vous demandez si, parmi tous les chamboulements du post-partum, celui-ci est bien normal. Il est fort probable que vous découvrirez les fameuses tranchées.

D’où viennent les tranchées ? Est-ce un phénomène normal ?

L’utérus est un muscle qui se contracte, on peut toutes le constater lors de l'accouchement. Ces tranchées sont des contractions qui vont permettre à votre utérus, après la grossesseet la naissance de bébé, de reprendre sa forme initiale et sa place. Elles agissent dans un premier temps pour évacuer le sang restant dans l’utérus mais également, dans un second temps, en comprimant les vaisseaux sanguins, de réduire les saignements.

Souvent les mamans qui allaitent leur bébé ressentent des tranchées importantes car les tétées entraînent une sécrétion d’ocytocine, hormones qui provoquent des contractions. On constate également qu’elles s’intensifient avec le nombre d’accouchements. Mais rassurez-vous, c’est bien un processus naturel du corps qui retrouve sa forme.

A quoi ressemblent les douleurs de tranchées ?

Ces douleurs ressemblent à des douleurs de règles, plus ou moins intenses ou à des contractions de début de travail. Elles peuvent également causer un inconfort au niveau des lombaires, du bas du dos. Les tranchées se manifestent, quelques heures à quelques jours après l’accouchement et durent en moyenne 3 à 7 jours.

Comment atténuer les douleurs des tranchées ?

Des antidouleurs ou des antispasmodiques comme le Spasfon peuvent aider à atténuer la douleur. Des traitements naturels comme l’homéopathie ou des méthodes de sophrologie sont également des solutions, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou sage-femme.