5 astuces pour un rituel du coucher de rêve

mai 25, 2019

5 astuces pour un rituel du coucher de rêve

Il n’y a pas de rituel du coucher unique pour tous les enfants. Ce serait trop facile !  Par contre on peut imaginer des couchers sur-mesure qui s’adaptent aux besoins de chaque enfant, selon son âge et sa personnalité. Ces petites habitudes peuvent aider un tout-petit à se rassurer et à trouver sereinement le marchand de sable. Voici 5 conseils pour un moment du coucher de rêve...

 

1 - Le rituel du coucher pour se rassurer


Le rituel du coucher vaut pour les petits, comme pour les grands ! Pour ceux qui ont du mal à trouver le sommeil, le fait de se créer une routine peut se révéler des plus rassurants. Ca permet de répondre au besoin de sécurité de son enfant, en lui montrant que chaque soir il va se passer à peu près la même chose. L’enfant sait alors dans les grandes lignes ce qu’il va se passer le soir, à quel moment il va commencer à aller se coucher etc... Le soir c’est aussi un moment où il commence à faire nuit et sombre et où les angoisses peuvent remonter. Tout ce que vous pourrez faire pour rassurer votre enfant au moment de se coucher lui permettra de se laisser aller paisiblement au pays des rêves.


2 - Ralentir le temps


Le moment du coucher est un moment privilégié, de partage et de câlins. C’est un temps où on ralentit la cadence pour profiter pleinement de la présence de chacun. S’il on ne prend pas ce temps et qu’au contraire on a tendance à expédier le moment du coucher, l’enfant va sûrement le ressentir, ce qui pourrait l’angoisser ou le stresser. Alors, on peut prévoir un rituel du coucher assez tôt dans la soirée pour vraiment ne pas être gêné par la contrainte du temps et étirer ce moment sans avoir l’impression de se presser.


3 - Un moment complicité


Le rituel du coucher comprend parfois des temps plus ou moins marrants pour son enfant. Il déteste que vous changiez sa couche, se brosser les dents ou c’est pour lui une tannée de mettre son pyjama… Des énervements ou des cris qui peuvent rendre le coucher moins serein pour tout le monde. Alors au lieu de forcer tous les soirs, vous pouvez transformer ces immanquables en moments de rigolades. On peut inventer un personnage marrant qui déteste les dents blanches ou donner plus de liberté à son enfant pour qu’il mette tout seul son pyj’. Votre enfant a du mal à vous laisser partir ? Inventez un bisou voyageur qui vole sur sa joue, son front, son nez avant de partir… Tous les moyens sont bons pour détendre l’atmosphère ! Servez-vous de votre imagination et n’hésitez pas à être ludique. Et puis, si votre enfant ne veut pas se brosser les dents ce soir… On peut lâcher la pression de temps en temps sans que ça soit un drame…




4 - Au coucher, on diminue...

La lumière

La lumière peut maintenir éveillé, surtout si c’est une lumière blanche ! Alors 30 minutes avant le coucher, on pense à diminuer l’intensité des lumières, et on privilégie les lumières chaudes pour que le corps se prépare naturellement à s’endormir.

Le volume sonore

Le soir, vous pouvez instaurer un moment de calme où on parle en chuchotant comme ça (chuuut).. Bien sûr ça fait parfois du bien aux enfant d'avoir un moment de craquage où ils crient un bon coup et où il sautent sur les lits, mettent en vrac les couvertures. Mais passée une certaine heure, le bruit doit se faire tout petit que pour tout ce petit monde aille faire dodo sereinement. Vous pourrez aussi lire l’histoire du soir en modulant doucement votre voix mélodieuse.

La chaleur

Dans une chambre d’enfant, on recommande généralement une température entre 16°C et 20°C. À la naissance, le système de thermorégulation d’un bébé n'est pas mature. Il ne sait pas s’adapter facilement aux variations de température ou à des températures qui seraient « extrêmes » pour lui. Alors on pense à aérer la chambre et à adapter le vêtement de nuit selon la saison.

 

5 - Être imaginatif


Il arrive parfois que malgré tous nos efforts et nos trouvailles, notre enfant n’arrive pas à trouver le sommeil. Il nous demande une énième histoire, il se relève, il veut jouer, il pleure quand on le laisse tout seul dans son lit… Dans ce cas, soyez patient et à l’écoute. Il y a des phases où son enfant grandit et où des angoisses peuvent survenir. Proposez-lui par exemple une petite lampe de poche ou d’allumer une petite veilleuse dans le couloir. Vous pouvez aussi lui expliquer que c’est normal d’avoir des moments où c’est difficile de s’endormir. Vous pouvez aussi tenter de focaliser son attention sur ce qui se passera demain… C’est peut-être le signe que votre rituel du coucher avec votre enfant doit évoluer pour s’adapter à sa croissance… Faites alors appel à votre imagination et à votre patience illimitées…

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

6 astuces de famille nombreuse pour gérer à la maison
6 astuces de famille nombreuse pour gérer à la maison

juin 18, 2019

Avec votre enfant unique, vous vous demandez parfois comment font ces parents incroyables qui gèrent plusieurs enfants à la fois, qui ont eu des jumeaux ou qui ont une famille nombreuse de 5, 7, 10 enfants... Impossible pour vous !? Pourtant, ils vous le diront, tout est une question d’amour… Et aussi d’organisation ! Alors quels sont leurs astuces pour gérer avec un ou plusieurs enfants l’esprit tranquille ? Vous serez surpris de voir comme tout devient un jeu d’enfant quand on est bien préparé...
Voir l'article entier
Maman, le métier le plus difficile du monde ?
Maman, le métier le plus difficile du monde ?

juin 18, 2019

Amour inconditionnel, tendresse, fierté : être maman est à la fois intense, merveilleux et…terriblement difficile. Huit mamans témoignent de ces sentiments ambivalents et se confient sur l’aspect le plus difficile de leur rôle de mère.
Voir l'article entier
lait hydratant bebe bio
Parole d’expert : Comment prendre soin de la peau immature de Bébé ?

juin 14, 2019

Malgré ses 9 mois de vie in-utéro, le bébé vient au monde avec des organes encore immatures et fragiles. Et sa peau ne fait pas exception : jusqu’à ses 2 ans environ, elle n’assure pas encore toutes ses fonctions protectrices et régulatrices.  Elle est particulièrement fragile, sensible et facilement irritable. 
Nous avons interrogé notre pédiatre référente,  le Dr. Noémie Nathan, afin de comprendre pourquoi la peau de bébé est si fragile, et d'avoir les bons réflexes pour la protéger.
Voir l'article entier