Bébé bilingue : une bonne ou une mauvaise idée ?

mars 15, 2019

Bébé bilingue : une bonne ou une mauvaise idée ?

Vous ou votre compagnon parlez une autre langue que le français ? Et vous vous demandez si éduquer bébé de manière bilingue est une bonne idée (surtout en Belgique ou l’on n’arrête pas de répéter l’importance d’apprendre les différentes langues nationales) ? Alors Bilinguisme une bonne ou mauvaise idée ? JOONE a fait le tour de la question et a demandé aux mamans polyglottes ce qu'elles en pensent.

C’est avant ses 6 ans que votre enfant apprend le plus

Joëlle, maman néerlandophone d’un garçon de 17 mois, parle principalement en français à son fils. Pour cette maman bilingue, mieux vaut ne pas surcharger l’enfant.

« Au départ, j’avais l’impression qu’il était trop petit. C’est pour cela que je ne voulais pas le brusquer ou que j’avais peur qu’il ne comprenne pas. Mais depuis quelques temps, je lui parle en néerlandais et je l’ai mis dans une crèche néerlandophone », raconte-t-elle.

Pourtant on le sait, apprendre plusieurs langues dès le plus jeune âge permet à votre enfant de stimuler ses capacités cognitives ! C’est bien avant que votre enfant ne sache dire ses premiers mots qu’il apprend le langage ! S'adresser à votre enfant en plusieurs langues (français, néerlandais ou autre), lui permettra de développer ses capacités multilingues, car c’est justement avant 6 ans qu'un enfant se développe le plus.
Même si c’est seulement vers 3 ans que votre enfant s’exprime correctement, il sait déjà très bien faire la différence entre chaque langue. Alors n’hésitez pas à parler avec lui, même s’il ne vous répond pas encore (verbalement du moins), il comprend tout ce que vous lui dites !

Deux langues, deux vitesses ?

Apprendre deux langues ne veut pas dire que votre enfant sera parfaitement bilingue dans les deux. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il ne les apprendra pas de la même façon. Par exemple, certains feront moins d’erreurs grammaticales en français alors qu’ils auront un vocabulaire plus riche en néerlandais (ou vice versa).
Une fois de plus, cela ne veut pas dire que vous devez tout stopper ou vous inquiéter. Et puis mélanger les langues, même pour un adulte, c’est tout à fait normal.

Vrai ou faux : un bébé bilingue a un retard de parole ?

Ce n’est pas parce que votre enfant n’a pas une parfaite élocution à 3 ans qu’il accumule du retard ! N'oubliez pas que chaque enfant évolue à son propre rythme. 
Coralie est une maman francophone, qui a préféré opter pour l’enseignement en submersion. Elle a mis ses enfants dans des écoles néerlandophones à Bruxelles et pratique le français à la maison. Son fils est depuis son plus jeune âge bercé par le néerlandais. Sa fille a, quant à elle, commencé d'emblée dans les deux langues et est maintenant à la crèche en néerlandais.

« Ma fille a commencé directement dans les deux langues et j’ai remarqué un léger retard de langage au début, mais cela n’a pas du tout affecté son développement psychomoteur, bien au contraire : elle est en avance sur tout le reste ! Au début, elle s’est mélangé un peu les pinceaux en disant « nee » à la place de non, mais maintenant elle dit les deux en fonction de qui lui parle et en quelle langue. C’est un choix que j’ai fait et je ne le regrette pas. Je pense déjà à l’avenir de mes enfants et avec un bagage comme le bilinguisme, c’est la porte ouverte pour trouver un bon emploi plus tard », a-t-elle expliqué.

En effet, lorsque votre enfant commence à parler, il est clair qu’il pourrait mélanger les deux langues... mais pas de panique : il sait déjà depuis le début qu’on lui parle en deux langues - même s’il n’associe pas encore très bien laquelle est laquelle, et surtout laquelle il doit parler avec qui. N’abandonnez pas ! Grâce à tous les efforts que vous avez mis en œuvre, il va bientôt finir par s’y retrouver et savoir parfaitement quelle langue parler à quel moment. Joëlle en a d'ailleurs fait l’expérience avec son fils de 17 mois :

« Je vois bien qu’il ne sait pas encore associer quelle langue correspond à qui… mais je me dis que quelques mots par-ci et par-là ne peuvent pas lui faire de mal. Alors je dis des petits mots simples (comme prononcer les animaux en les associant à leurs cris) ou je répète les phrases qu’il aurait pu entendre à la crèche (comme « tu vas tomber » ou « tu ne peux pas faire cela »). Mais j’y vais doucement, car je veux vraiment éviter d’aller trop vite ou qu’il mélange tout ».

Alors que faire si vous hésitez ?

Il n’y a pas de schéma prédéfini. Faites ce que vous pensez le mieux pour votre enfant. Que ça soit un parent qui parle une langue et le deuxième une autre, ou bien si vous choisissez d’attendre que votre enfant soit en âge d’aller à la crèche ou à l’école pour le mettre en immersion ou submersion, c’est votre enfant ! C'est donc à vous de décider ce qui est le mieux pour lui !

Et si jamais c’est lui-même qui vous demande comment on dit " couche" en néerlandais, voici ce que vous pouvez lui répondre : " de luier"... Vous le saviez ?


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.