Enceinte à Noël, je mange quoi ?

décembre 05, 2018

Enceinte à Noël, je mange quoi ?

Les fêtes de fin d’années approchent et avec elles les fruits de mer, le foie gras, le saumon fumé et les plateaux de fromage. Les interdits alimentaires liés à la grossesse sont alors particulièrement difficiles à vivre ! Voici nos conseils pour un Noël festif et gourmand, sans se priver…et en toute sécurité.

Non à l’alcool !

Pendant les fêtes, difficile de résister à la tentation d’une coupe de champagne ou d’un verre de bon vin. Mais l'alcool ingéré pendant la grossesse passe directement dans le sang du bébé via le placenta. Il est donc indispensable de proscrire toute consommation d’alcool afin de protéger l’enfant à naître de ses effets délétères. Un seul verre pourrait n’avoir aucune conséquence mais le principe de précaution s’applique : mieux vaut s’abstenir.  

  • L’alternative festive ?

L’an prochain vous aurez votre bébé dans une main et une coupe d’un excellent champagne dans l’autre. En attendant, trinquez avec un cocktail sans alcool, une eau pétillante ou un jus de fruits ou de légumes frais.

Caviar, tarama, oeufs de lump : on réinvente l'apéro !

Le caviar, le tarama et les oeufs de lump se consomment crus, vous devez donc les éviter si vous êtes enceinte.

  • L’alternative festive ?

Des toasts de houmous, du caviar d'aubergine, des tomates séchées, des chips de légumes, de la tapenade, de la mousse de thon, des bâtonnets de légumes et des tomates cerises (bien lavé.e.s !)

Le foie gras 

Bonne nouvelle, vous n’aurez pas à renoncer à votre habituel toast de foie gras. Attention néanmoins à sa provenance, mieux vaut l’acheter en conserve, et surtout à sa cuisson. Il faudra le consommer cuit afin d’éliminer les risques de listériose.

Vous pourrez donc sans inquiétude prendre une tranche de foie gras en entrée, il est en plus riche en fer et en acides gras mono insaturés.

Les huitres

Mieux vaut passer votre tour cette année ! Le risque majeur est celui de contracter la listériose ou, même si c’est plus rare, une hépatite A. Vous pouvez en revanche consommer les huitres cuites ou gratinées.

Coquillages et crustacés

Globalement, tous les aliments qui se consomment crus sont à éviter. Concernant les crustacés, s’ils sont bien bien cuits (homard, crevette, langoustine, crabe), vous pouvez en manger et ainsi bénéficier de leur richesse en oméga 3 et en acides aminés. Encore une fois, la prudence est de mise. Achetez les bien frais et veillez à les cuire correctement. Evitez toutefois de succomber à la mayonnaise pour les accompagner en raison de la présence d’œuf cru.

  • L’alternative festive ?

Une délicieuse poêlée de Saint-Jacques bien cuites ! Et en plus elles sont riches en oméga 3, en protéines et en acides aminés.

Le saumon fumé

Le fumage du saumon ne constitue pas une cuisson suffisante. Le saumon fumé est donc à proscrire, sauf si vous le mangez cuit. La menace vient (encore et toujours !) de la listériose mais aussi de la toxoplasmose, si vous n’êtes pas immunisée.  Si vous ne pouvez vraiment pas vous en passer, il existe du saumon fumé pasteurisé.

La dinde : reine de la fête !

Si la dinde est au menu, vous pouvez vous régaler sans crainte. Viande légère et très digeste, elle est également très riche en protéines et moins grasse que le traditionnel chapon. Prudence néanmoins avec la farce qui doit également être bien cuite.

Fromage et charcuterie

La charcuterie est à proscrire en raison des risques de listériose. Si les rillettes sont rarement un plat de Noël, la galantine et les entrés en gelée peuvent l'être ! Concernant le plateau de fromage de fin de repas, privilégiez les fromages pasteurisés et les pâtes cuites. 

A lire aussi : Notre sélection de films de Noël à regarder en famille


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.