Les recommandations de l’ANSES pour éviter les couches toxiques

mars 07, 2019

Les recommandations de l’ANSES pour éviter les couches toxiques

Utylphényl méthyle propional ou lilial®, hydroxyisohexyl 3-cyclohexène carboxaldéhyde ou lyral®, hydrocarbures aromatiques polycycliques dioxines, furanes… Cette liste de mots barbares vous paraît longue et tout sauf rassurante ? C’est drôle, c’est aussi l’avis de l’ANSES, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation, de l'Environnement et du Travail qui a retrouvé une  soixantaine de substances chimiques potentiellement dangereuses, dans les couches des bébés. Quand on sait qu’un enfant de sa naissance à 3 ans aura porté 4000 couches, on a de quoi s'interroger . Alors quels sont les risques réels pour les fesses des bébés et que recommande concrètement l’ANSES en attendant que le gouvernement mette de l’ordre dans les réglementations ?  JOONE vous aide à y voir plus clair dans les recommandations de l'agence de sécurité sanitaire et sur la composition des couches saines à utiliser .


Quels sont les risques réels pour la santé de bébé ?

Entre 2016 et 2018, 23 marques de couches en vente en France ont été passées au crible de l’ ANSES . Et ce qui en résulte, ce sont les dépassements de taux de substances chimiques dangereuses dans les couches jetables pour bébé. Heureusement pour bébé, ces produits sont à l'état de traces, et donc sans risque toxique à court terme pour sa santé. Alors quels sont les véritables dangers à moyen et long terme ? Selon L’Anses, même si les probabilités sont assez faibles, il existe bel et bien des risques. Le premier étant que ces produits, potentiellement néfastes, migrent dans l’urine des bébés. L’autre danger est que les contacts prolongés de ces substances chimiques (notamment les substances parfumantes) avec la peau des plus sensibles, créent des allergies cutanées. Enfin, autre risque avec les pesticides (nichés par exemple dans les voiles d'absorption en amidon de maïs de certaines couches), qui au contact de la peau pourraient perturber le système hormonal.

Ce qui devrait changer

Suite à ce rapport  de l’ANSES, l’ensemble des producteurs de couches étaient reçus début février par la DGCCRF. Les fabricants de couches ont été invités dans les 3 à 6 mois à contrôler et à améliorer leurs procédés de fabrication. Dans les faits, ils auront notamment à :

- éradiquer la présence de chlore, de COV cancérigènes, de dioxines et glyphosate,

- donner une date de mise en place d’informations pour les clients concernant les composants et les lieux de fabrication de leurs produits,

- faire figurer l'information de la composition des produits sur les emballages,

- donner une date de fin d’utilisation des parfums et lotions.


Que nous recommande L’ANSES ?

Pour le moment, les fabricants n’ont pas l’obligation de publier la liste des ingrédients sur leur produit. Et en attendant qu’ils s’alignent sur les directives de Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (la DGCCRF), l’agence de sécurité sanitaire recommande d’améliorer la qualité des couches pour bébé. Comment ? En commençant par éliminer ou réduire au maximum la présence de toutes substances ajoutées intentionnellement. Ce sont notamment les parfums ou les hydrocarbures aromatiques présents en dépassements de seuils sanitaires dans les couches jetables qui risquent de provoquer des “effets sensibilisants cutanés”.

Par mesure de précaution, le mieux est donc de se séparer de toute couche parfumée et de se tourner vers des alternatives saines. JOONE, qui a été l’une des premières marques de couches à publier ses analyses toxicologiques sur son site, a été plébiscitée par 60 Millions de Consommateurs pour ses couches 100% saines et sans parfum En  septembre 2018, le magazine avait lancé une grande étude comparative sur les couches pour bébé dans laquelle  JOONE avait été classée numéro 1 avec la note de 17/20 . Le magazine avait notamment mis en avant une composition impeccable de couches JOONE, sans produit toxique pour bébé.  Le liniment  bio et les lingettes à l'huile d'olive biologique avaient également obtenu la note maximale.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Reconnaître un enfant surdoué : les 11 signes de précocité
Reconnaître un enfant surdoué : les 11 signes de précocité

mars 22, 2019

Quels sont donc les 11 indicateurs qui prouvent qu’un enfant est précoce ou à haut potentiel ? On vous donne les signes qui ne trompent pas...
Voir l'article entier
Phenoxyéthanol dans les lingettes : l'ANSM dit NON
Phenoxyéthanol dans les lingettes : l'ANSM dit NON

mars 22, 2019

L’ANSM recommande de ne plus utiliser le phénoxyéthanol, un produit reprotoxique, dans les lingettes pour bébé...
Voir l'article entier
Pourquoi la fessée n'est toujours pas interdite en France ?
Pourquoi la fessée n'est toujours pas interdite en France ?

mars 21, 2019

Alors la fessée, on la donne ou pas ? Quelles sont les véritables conséquences psychologiques pour un enfant qui en reçoit régulièrement ? On a fait le point sur la question…
Voir l'article entier