FR
DE NL US UK EU
Joornal

Les troubles de l’oralité chez l'enfant : ce qu'il faut savoir

28 mars 2022

Les troubles de l’oralité chez l'enfant : ce qu'il faut savoir

Vous trouvez que votre enfant a des difficultés avec l'heure du repas ? Le passage aux morceaux a été difficile ? Il est très sélectif ou bien sensible à certaines odeurs, textures et a du mal à toucher les aliments ? Il s'agit peut-être d'un trouble de l'oralité…

C’est quoi, un trouble de l’oralité ?

On appelle “trouble de l’oralité alimentaire” (TOA), ou “dysoralité”  l’ensemble des difficultés de l’alimentation par voie orale. Ce trouble se manifeste par des enfants qui mangent très peu varié et/ou en très faible quantité. Elle peut avoir différentes origines :

  • Sensorielles (hyper ou hypo sensibilité)
  • Motrices
  • Et souvent même, les deux !

De manière générale, on considère que chaque TOA est différent.

 

Trouble de l’oralité : quels signes doivent vous alerter ?

Même si chaque TOA est différent, ils peuvent comporter des points communs. Notamment :

  • Le manque d’appétit
  • Le refus des nouveaux aliments
  • Une hyper sélectivité alimentaire
  • Des repas qui durent des heures
  • Des problèmes de comportements au moment des repas
  • Des nausées et vomissements
  • Une hypo/hyper sensibilité (trop chaud, trop acide…)

Évidemment, la diversification alimentaire passe toujours par des phases de découverte et d’opposition et il ne faut pas vous alarmer dès qu’un bébé refuse un aliment.
Le trouble de l'oralité est à différencier de la phase de néophobie alimentaire (vers 18-24 mois) où l'enfant se met à refuser en bloc des aliments nouveaux ou qu'il consommait précédemment. Si votre enfant présente plusieurs de ces symptômes de manière persistante, ou si tout simplement, vous avez un doute, consultez un orthophoniste ou un ergothérapeute spécialisé dans les troubles alimentaires.

Comment soigner un TOA ?

La dysoralité n’est pas une maladie, mais un trouble. Elle ne se soigne pas à proprement parler. Cependant, si elle est prise en charge rapidement, l’enfant pourra trouver des stratégies d’adaptation pour compenser durablement le trouble et vivre sereinement avec. 

En cas de doute, à qui s’adresser ?

Dans un premier temps, vous pouvez consulter votre pédiatre référent pour lui faire part de vos doutes. Celui-ci pourra ensuite vous orienter vers un orthophoniste, un psychomotricien, un ergothérapeute et/ou un psychologue afin de faire un bilan et proposer le meilleur accompagnement pour votre enfant.


Cet articicle a été co-rédigé avec Lucie Darjo, Diététicienne Nutritionniste


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.