L'UFC Que Choisir met en garde contre certains médicaments pour enfants

février 22, 2018

L'UFC Que Choisir met en garde contre certains médicaments pour enfants

Sirop contre la toux, traitements contre les troubles digestifs ou la fièvre, ces médicaments sont-ils réellement sans risques ? L’UFC-Que Choisir publie aujourd’hui sur son site un article mettant justement en garde contre la « surprescription » dont font l’objet certaines maladies et le danger réel que présentent encore certains médicaments.  

Tous les parents ont une armoire à pharmacie bien remplie afin de parer à toute éventualité. Le petit dernier tousse, la grande a une gastro, bébé a de la fièvre, à chaque maux son médicament. Pourtant, l’UFC-Que Choisir alerte sur les dangers de certaines substances encore régulièrement prescrites pas les médecins (même si la tendance s’inverse depuis quelques années) ou disponibles en vente libre en pharmacie.

Bébé a un rhume et tousse : privilégiez toujours l’eau salée !

On a beau protéger coûte que coûte bébé du froid, avec la crèche et les maladies de l’hiver, il n’est pas rare qu’il s’enrhume malgré tout. Nez qui coule, toux, sommeil perturbé peuvent rendre bébé grognon et épuiser toute la famille. Dans ce cas, l’UFC-Que Choisir rappelle qu’il faut éviter «  les sprays antiseptiques ou décongestionnants pour le nez (ceux-là sont officiellement contre-indiqués aux moins de 15 ans), les suppositoires combinant un antiallergique et du paracétamol ou les inhalations à base d’huiles essentielles. » On privilégie le sérum physiologique plusieurs fois par jour, un bon moyen (100% sain !)  de désobstruer les voies respiratoires et d’éviter que les mucosités descendent sur les bronches et favorisent la toux ! On oublie donc les sirops contre la toux, dont les effets indésirables sont nombreux et qui sont pourtant disponibles librement en pharmacie. Vigilance néanmoins si bébé présente une forte fièvre ou des difficultés respiratoires.

Fièvre : Rien…ou du paracétamol !

Certains enfants supportent très bien la fièvre, d’autres moins. Il n’est donc pas toujours nécessaire de la traiter, bien hydrater l’enfant peut suffire à assurer son confort. Si c’est nécessaire, il faut privilégier le paracétamol et éviter l’ibuprofène sans avis médical. Cette recommandation vaut également en cas de douleur, même si l’ibuprofène est plus efficace contre les douleurs intenses l’avis d’un médecin est toujours souhaitable.

Diarrhée : on réhydrate avant tout !

Le principal risque en cas de diarrhée, même si elle est généralement sans gravité, est celui de déshydratation. L’UFC-Que choisir précise donc que la prise en charge de première intention doit être celle d’une solution de réhydratation orale (SRO) et ce dès la naissance. L’association alerte sur les dangers de l’Imodium qui peut provoquer «  occlusions et somnolence » et rappelle également que le Tiorfan ou le Smecta qui sont des antidiarrhéiques sont peu efficaces et surtout inutiles pour éviter la déshydratation. Elle rappelle également que les antiseptiques intestinaux ((Panfurex, Nifuroxazide) peuvent provoquer des insuffisances rénales et les médicaments à base d’ibuprofène (tels que nurofenpro ou AdvilMed) des troubles allergiques.

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.