Sommeil des parents : pourquoi il faut 6 ans pour s’en remettre

mars 05, 2019

Sommeil des parents : pourquoi il faut 6 ans pour s’en remettre

Si vous venez d’avoir un enfant, sachez qu’il vous faudra la bagatelle de 6 ans pour vous en remettre niveau sommeil. Des chercheurs de l'Université de Warwick en Angleterre, ont analysé les perturbations du sommeil des parents après la naissance de leur enfant. Leur résultat est éloquent. Attention : âme sensible s’abstenir…

Sommeil du juste…

Ou plutôt sommeil de l’injuste ! Car la naissance d'un bébé aurait des effets désastreux sur le sommeil des mamans, surtout pendant les trois premiers mois suivant la naissance. Les jeunes mamans, comme les mamans aguerries n’auront pas besoin d’une analyse poussée en laboratoire pour en faire la dure expérience. Mais une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Warwick montre qu’après la naissance du premier enfant, la durée du sommeil et la satisfaction du sommeil des parents ne retrouvent leur niveau normal d’avant la grossesse qu'après... 6 ans !

Pour Sakari Lemola, du Département de psychologie de l'Université de Warwick : "Même si avoir des enfants est une formidable source de joie pour la plupart des parents, il est possible que les exigences et les responsabilités associées au rôle de parent entraînent un sommeil plus court et une baisse de la qualité du sommeil notable jusqu'à 6 ans après la naissance du premier enfant."

Papa et maman : pas de parité dans le sommeil

Entre 2008 et 2015, le sommeil de 4 659 parents et enfants est passé au crible des chercheurs. Ils ont ainsi découvert que les parents ne sont pas égaux face au sommeil. Au cours des trois premiers mois après la naissance de leur enfant, les mères dorment en effet 1 heure de moins en moyenne qu'avant leur grossesse. Les pères quant à eux perdent seulement 15 minutes de sommeil.

Pour la responsable du Département de psychologie, cette inégalité s’explique aisément. "Les femmes ont tendance à avoir plus de perturbations du sommeil que les hommes, ce qui montre que les mères prodiguent plus de soins nocturnes que les pères."  

L’étude confirme également sans surprise, que l’impact d’une naissance sur le sommeil sera d’autant plus fort que la mère allaite son enfant Et face à l’injustice, les revenus ou le fait d’être un parent seul ou en duo ne changent pas grand-chose. Tous les parents devront donc prendre leur mal en patience. 6 ans ça n’est pas si long… Bon si, un peu quand même…


Et ça ne s’améliore pas avec le temps

Vous pensiez que trois mois après la naissance, les choses rentreraient doucement dans l’ordre ? Que Nenni ! Lorsque les enfants ont entre 4 et 6 ans, la qualité du sommeil s’effondre à nouveau. Et pendant cette période, les parents sont à peu près égaux en termes d’éloignement forcé de leur oreiller. Ainsi, par rapport à la durée de leur sommeil avant la grossesse, les mères perdent environ 20 minutes de sommeil par nuit, contre 15 minutes pour les pères. Mais heureusement, le sommeil des parents va s’arranger avec l’expérience.

Pour se faciliter la vie

Avec la carence de sommeil qu’ils subissent, les parents ont besoin de toutes les bonnes idées pour se ménager. Alors en attendant de se rôder, voici quelques pistes, que vous vous apprêtiez à accueillir votre premier enfant ou que vous ayez un enfant de moins de 6 ans :

  • On fait des siestes dans la journée ! Si on peut se le permettre, on se repose dans la journée, pendant que bébé dort. Une sieste même de 5 minutes peut être extrêmement réparatrice.
  • On se soulage des corvées : ménage, courses, rendez-vous intempestifs… On évite de se disperser et on se fait AIDER. On fait appel à une femme de ménage si on peut se le permettre, une nounou pour sortir, on se fait livrer les courses. Si vous ne le saviez pas encore, on peut même se faire livrer des couches, avec l ’abonnement  Joone ! 

Sources de l’étude :

- Les effets à long terme de la grossesse et de l'accouchement sur la satisfaction du sommeil et la durée des mères et des pères novices et expérimentés , de Richter, D., Krämer, MD, Tang, NKY, Montgomery-Downs, HE et Lemola, S , en collaboration avec l’équipe de l’Institut allemand de recherche économique et l'Université de Virginie occidentale.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Reconnaître un enfant surdoué : les 11 signes de précocité
Reconnaître un enfant surdoué : les 11 signes de précocité

mars 22, 2019

Quels sont donc les 11 indicateurs qui prouvent qu’un enfant est précoce ou à haut potentiel ? On vous donne les signes qui ne trompent pas...
Voir l'article entier
Phenoxyéthanol dans les lingettes : l'ANSM dit NON
Phenoxyéthanol dans les lingettes : l'ANSM dit NON

mars 22, 2019

L’ANSM recommande de ne plus utiliser le phénoxyéthanol, un produit reprotoxique, dans les lingettes pour bébé...
Voir l'article entier
Pourquoi la fessée n'est toujours pas interdite en France ?
Pourquoi la fessée n'est toujours pas interdite en France ?

mars 21, 2019

Alors la fessée, on la donne ou pas ? Quelles sont les véritables conséquences psychologiques pour un enfant qui en reçoit régulièrement ? On a fait le point sur la question…
Voir l'article entier