Tout savoir sur la rééducation du périnée

juin 21, 2018

Tout savoir sur la rééducation du périnée

Après la grossesse et l’accouchement, les jeunes mamans doivent aussi penser à elles. Pas seulement en s’accordant des pauses détente sans bébé mais aussi en se réappropriant leur corps, petit à petit. Cela commence dans les semaines qui suivent la naissance par la rééducation du périnée, étape indispensable du post-partum.

Rééducation du périnée : pourquoi elle est indispensable

De nombreuses mamans espèrent y échapper, pensant (à tort !) qu’elles n’en ont pas besoin. La rééducation du périnée est pourtant nécessaire pour toutes les femmes, qu’elles aient donné naissance à leur bébé par césarienne ou par voie basse. Le périnée est un ensemble de muscles qui soutient les organes, notamment la vessie et l’utérus, et exerce un contrôle sur les sphincters urinaires et anaux. On l’appelle aussi « plancher pelvien ». Pendant la grossesse, le poids du bébé exerce une pression sur le périnée qui peut alors se relâcher. Les conséquences peuvent être très handicapantes au quotidien : fuites urinaires, difficultés sexuelles, descente d’organe. La sécurité sociale assure le remboursement intégral de 10 séances de rééducation périnéale. Certaines femmes ont besoin de plus de séances, ce sera au praticien d’évaluer le nombre de rendez-vous nécessaires.

Trouver le bon patricien et organiser les séances

Lors de la visite postnatale, six semaines après l' accouchement, la tonicité du périnée sera évaluée par le gynécologue ou la sage-femme qui fera ensuite la prescription pour les séances de rééducation périnéale. Cette dernière peut être effectuée par une sage-femme ou un kinésithérapeute. Tous ne la pratiquent pas, il est donc important de se renseigner au préalable avant de prendre rendez-vous. L’un et l’autres peuvent procéder à une rééducation manuelle ou mécanique, à l’aide d’une sonde. Lors du premier rendez-vous, la sage-femme posera à la jeune maman de nombreuses questions destinées à évaluer l’état de son périnée : son accouchement a-t-il eu lieu par voie basse ou césarienne, souffre-t-elle de fuites urinaires ou de selles, de difficultés à se retenir d’uriner, de pertes de sensations sexuelles, de douleurs lors des rapports, ressent-elle une pesanteur dans le bas ventre ? Elle procèdera ensuite à un examen clinique. En fonction de cette évaluation, elle planifiera les séances.

Le déroulement d'une séance de rééducation du périnée

Certaines sages-femmes alternent les deux méthodes de rééducation. Cela dépend de nombreux facteurs qu'elle évaluera en fonction du bilan de la première séance. Quoiqu'il arrive, même si la méthode par sonde est privilégiée, un premier travail manuel est systématiquement pratiquée. Il permet d'évaluer la tonicité réel du périnée, on appelle cela le "testing", et permettra également à la jeune maman de "sentir" et de participer plus efficacement aux séances. Elle devra ensuite reproduire certains exercices à la maison. 

La rééducation manuelle consiste en des exercices d'hypopression abdominale, de visualisation mais aussi d'un travail sur le souffle. La jeune maman doit répondre aux stimulations manuelles, exercer des pressions à l'endroit indiqué par la sage-femme qui va la guider avec ses doigts. 

La méthode par électrostimulation consiste à introduire une sonde dans le vagin qui utilise un courant électrique indolore pour renforcer le périnée en déclenchant de petites contractions. L'autre méthode mécanique, par bio-feed-back, permet de visualiser sur un écran les contractions générées par la sonde et d'en moduler l'intensité.

Les jeunes mamans peuvent aussi pratiquer, bien avant de débuter les séances de rééducation, un exercice appelé "la fausse inspiration thoracique". Conseillé par Bernardette de Gasquet, médecin et auteur de "Périnée : arrêtons le massacre" (Marabout), il consiste à expirer à fond puis, lorsque les poumons sont vides, à se pincer le nez en simulant une inspiration. Le ventre va alors se creuser. L'idéal est de répéter l'exercice deux ou trois fois chaque jour. L'objectif est de ressentir les mouvements des abdominaux et du périnée...mais sans forcer !

Le périnée...puis les abdos !

Ce n'est qu'à l'issue des séances de rééducation du périnée que les jeunes mamans peuvent envisager une rééducation abdominale, menée par un kinésithérapeute. 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.