FR
DE NL US UK EU
Joornal

J'ai testé le Miracle Morning... Cette méthode miracle pour prendre soin de soi.

13 janvier 2020

miracle morning

Quel est le point commun entre Tim Cook (CEO d’Apple), Marissa Mayer (patronne de Yahoo), et plusieurs millions de personnes ? Ils pensent que « l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt », en pratiquant la célèbre méthode du Miracle Morning!
Tout droit venue des US, cette méthode promet que se lever à 5h du matin permet d’être plus productif.ve, efficace… et donc plus heureux.se. Vous y croyez, vous ? Après plusieurs semaines de test, voici mon verdict !

Le Miracle Morning, qu’est-ce que c’est ?

Un matin en arrivant au travail, j’ai trouvé sur mon bureau le livre d’Hal Elrod Miracle Morning, spécial famille .
Sur la couverture, un post-it et un smiley : « Tu devrais essayer !». C’était Carole, la fondatrice de JOONE, qui cherchait à me dépatouiller de mon quotidien surbooké...
J’étais déjà familiarisée au concept pour avoir lu plusieurs articles sur le sujet. Mais j’avais surtout intégré le côté « matin » plus que le côté « miracle » : me lever tôt n’a jamais été ma grande passion, et le défi m’a semblé un peu étrange. En quoi se lever tôt (après une nuit hachée par le réveil des enfants) me permettrait de me sentir mieux ?
En fait, j’étais passée à côté du principe même du Miracle Morning : ce serait du temps gagné pour moi / mes passions / mon bien-être, et non une heure passée à faire du ménage...

Le principe du Miracle Morning est simple : mettre son réveil une heure plus tôt et commencer sa journée pendant que le reste de la maison dort encore.

Hal Elrod propose de suivre ce qu’il appelle les « Six savers » :

  • Profiter du silence et de la tranquillité d’une maison endormie pour respirer, méditer, prier.
  • Faire de l’exercice physique.
  • Lire
  • Visualiser mentalement l’objectif que l’on s’est fixé.
  • S’imprègner d’énergie positive en répétant des « affirmations ».
  • Ecrire un journal intime.

Un premier conseil pour ceux qui voudraient se lancer : prenez le livre pour ce qu’il est : une base de réflexion. Il donne des conseils précieux, propose des pistes... Mais le but n’est pas de devenir esclave de préceptes qui ne correspondraient ni à nos envies, ni à nos possibilités, ni à notre mode de vie.

Le Miracle Morning au quotidien

J’ai choisi de me lever 45mn avant mon mari - à 5h30 (et de me coucher avant 23h). Direction la salle de bain pour un brossage de dents puis un grand verre d’eau citronnée.
En revanche, comme j’habite dans un petit appartement parisien, la séance d’aérobic dans le salon était inenvisageable... Surtout avec deux petits garçons endormis dans la chambre juste à côté !
A la place :
- Je prendre 15 minutes pour m’étirer en douceur. Je trouve que cela me donne beaucoup d’énergie dès le matin.
- J’ai aussi installé une app de méditation et je me lance une séance de 20 minutes, dans le calme et la semi-obscurité.
- Lorsque l’été approche, je prends 5 à 10 minutes pour apprécier le jour qui se lève, et la lumière naturelle qui augmente peu à peu. Cela me reconnecte avec les cycles naturels, qu’on a du mal à apprécier dans le rythme métro/boulot/dodo.

Mon bilan

Pendant ce mois de test, le programme n’a pas été exactement le même tous les jours. Je me suis laissée la possibilité de le moduler en fonction de mon humeur, de ma fatigue, de mes envies. Il y a néanmoins eu des constantes : le temps passé à profiter du silence, et les étirements.. J’ai réalisé combien ces moments de solitude étaient précieux et à quel point ils m’aidaient à me sentir beaucoup plus détendue lorsque la journée commençait pour de bon.

Mon bilan est donc très positif. Je ne suis pas sentie plus fatiguée, j’ai même au contraire ressenti un vrai regain d’énergie. J’ai pris pour habitude de grappiller un peu sur l’heure du Miracle Morning pour m’habiller et préparer le petit-déjeuner avant d’aller réveiller mes fils (qui ont 3 et 5 ans).
Résultat, j’étais beaucoup plus zen face aux perpétuelles négociations sur la paire de baskets qu’ils voulaient mettre pour aller à l’école. Au final, même si je n'ai pas toujours été très assidue, même si j'ai parfois dérogé au programme établi par Hal Elrod, je ne regrette pas de m'être lancée.

Lucie,
rédactrice en chef & maman du JOORNAL